SLUMPLORDZ - Present SunnMoonSekt

La bonne musique n'est pas une question de moyens. La preuve. Enregistré sur du matériel plus que sommaire, ce disque Stray Records est parvenu à se faire une petite réputation dans le trou du cul de l'underground hip hop. Sorti originellement en 1999, il a été réédité dans un package différent en 2001, ce qui lui a permis de s'égarer par quelque miracle chez certains disquaires parisiens. A vrai dire, Sunnmoonsekt n'est pas le titre de l'album et Slumplordz n'en sont pas tout à fait les auteurs. SunnMoonSekt ne sont en fait que le duo Rard et Moon, une partie du collectif qui comprend par ailleurs The Yakuza et The Original Raw Elements. Auparavant, les deux protagonistes de l'album faisaient partie de Devious Dysfonctional et de Young & Restless, deux groupes basés sur la Côte Est.

SLUMPLORDZ - Present SunnMoonSekt

Stray Records :: 1999 / 2001 :: acheter ce disque

Ceux qui connaissent Stray Records au travers de la compilation Stray from the Pack ne seront pas étonnés de découvrir chez SunnMoonSekt un son dur et atypique. Pour autant, pas d'escapades breakbeat ou drum'n bass, comme ailleurs sur le label. La production, moyens limités obligent, est rêche et minimaliste. Les beats du duo se la jouent futuriste, austère et oppressant mais sans recourir aux boursouflages qui, ces derniers temps, menacent de faire partir le hip hop indé en sucette. Cela collerait d'ailleurs très mal aux paroles des MC's, assez conventionnelles dans le genre brut et street à tendance paranoïaque.

Et tout cela, beats en premier lieu, est très bon. Exceptionnel. Autorisé à tous les superlatifs, même si SunnMoonSekt nous prend à rebrousse-poil. Le début est encore assez doux. Passée une intro humoristique où un quidam réclame du "SunnMoonSekt" à un restaurant asiatique, le duo embraye avec un "Area 33rd" très atmosphérique et un "Raw Apparatus" insistant. C'est très bien, et encore un peu trop normal. Mais à partir du génial "Do Tha Sunn Moon", premier coup de semonce ultra minimaliste et archi fascinant, nous partons bien haut, de plus en plus haut. Jusqu'aux sommets décharnés, sublimes et vertigineux de l'album que sont "Town Shit", l'invitation à l'action de "Order of Assassins" et surtout "DethBlow". Les titres suivant nous ramènent sur des terres verdoyantes et plus anodines mais l'album se clot en beauté avec le prodigieux "Twisted Metal Rejekts" sur un fond musical d'une noirceur sans fin, destiné à vous hanter encore de longues nuits.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://hiphopsection.fakeforreal.net/index.php/trackback/1727

Fil des commentaires de ce billet