RESTIFORM BODIES - Interview

Premièrement, pouvez-vous dire à nos lecteurs qui vous êtes et ce que vous faites au sein de Restiform Bodies ? Qui est qui ?

Passage s’occupe des lead vocals, de la production et de la gestion de l’alcool. Telephone Jim Jesus fait de la production, les vocaux secondaires et se charge aussi de tout ce qui est du domaine de la restauration et de la menuiserie. The Bomarr Monk produit également, il fait de mauvais films, et s’occupe des transports ainsi que de la gestion de la morale. Agent Six produit, et est (…)

Considérez-vous votre musique comme du hip hop ?

Non, nous la considérons comme de la ghetto-tech, prog-hop, bit pop, avant-psych r&b.

Vous avez été très actifs en 2001, deux albums sont sortis ; quels sont vos projets maintenant que vous avez un arrangement avec Anticon ?

Nous n’avons aucun arrangement, nous n’avons jamais entendu parler d’Anticon… Sont-ils comme Anti-Pop ?

N’êtes-vous vraiment pas en affaire avec Anticon ?

Et bien… actuellement Telephone Jim Jesus est sur le point de terminer sa formation de fermier riziculteur et son EP intrumental. Passage a été détenu à la frontière mexicaine durant les 6 dernières semaines, mais a également presque terminé son EP solo El Si No Habla Cocaino. Bien que Bommar soit mort lors d’un accident de voiture le semaine dernière, son chef-d’œuvre post-mortem, Fiery Car Crash, doit sortir l’année prochaine, tout comme un LP de Restiform Bodies, qui ne porte pas encore de nom, ainsi qu’une collaboration entre Passage et Odd Nosdam : A Stupid You In The Twicelight : A White Thriller.

A propos, Anticon possède une identité forte, où vous positionnez-vous par rapport à cela ?

Nous ne nous positionnons pas, mais ils sont sympathiques avec nous et nous ont bien aidés jusque là.

J’ai écouté une de vos albums : Moods & Symptoms (NDA album commun de Passage et The Bomarr Monk), d’où vient-il ? Qui sont ses instigateurs ?

Nous ne pouvons ni confirmer, ni nier l’existence de cet album. Nous doutons que tu aies entendu quoi que ce soit.

De manière générale, votre musique est fortement influencée par les années 80 et les types de sons de cette époque. D’où vous viennent ces influences ?

Des années 80 justement… juste en dehors d’Ackron, Ohio.

D’un autre côté, vous utilisez des élément d’electronica, qu’apporte au groupe cette ambivalence ? Voyez-vous une continuité entre ces deux choses ?

Nous adorons la musique électronique, mais nous aimerions qu’elle ne soit pas si ambivalente.

Que diriez-vous au gens qui affirment que votre musique est une version hip-hop de ce que peuvent faire Sonic Youth ou Beck en pop/rock ?

Nous dirions merci, car Beck se fait des meufs et nous aimons les meufs… Tu connais des meufs françaises ? (NDA avis aux amatrices : bomarr@anticon.com, passage@anticon.com)

A propos des paroles, la plupart des français ne comprennent pas l’anglais. Pensez-vous qu’ils puissent réellement apprécier votre musique ?

Passage : le truc bizarre, c’est que j’écris tout en français, je ne sais pas comment vous appréhendez la version anglaise’… et Passage d’éviter la seconde partie de la question et de changer de sujet ‘J’adore regarder des films en anglais sans sous-titrage, il semblerait que je les aime car les images peuvent exprimer des milliers de mots, et encore, là il n’y a pas d’images, et encore… enfin je ne voudrais pas être vague ou quoi que se soit.’

Croyez-vous que les paroles sont la part la plus significative du rap ? Et vous vous considérez comme des rappeurs ou plutôt comme des poètes ou quelque chose de ce style ?

Les paroles sont comme du beurre, tu les étales uniformément, sans en mettre trop pour que le pain ait un bon goût. De ce fait nous utilisons du faux beurre, vous avez du pain n’est-ce pas ?

Vous êtes tous plus ou moins MCs et producteurs, que préférez-vous ?

Bomarr : je veux tirer les choses au clair, je ne rappe PAS.

Tel.Jim.Jesus : parler devrait être proscrit, spécialement dans notre groupe.

Passage : je déteste rapper, nous dessinions des pailles (…)

Vous et Internet ?

Sole a annulé les accès internet de Telephone Jim et de Passage, car ils utilisaient sa carte de crédit pour acheter des jeunes-mariées par correspondance. Bomarr va réellement sur Internet depuis une petite chambre d’Oakland, Californie… Et il est une version web de Sir Mix-A-Lot… Nous l’appelons "Sir Clix-A-Lot".

Internet est-il un bon moyen de promouvoir votre musique ?

Internet peut promouvoir ce qui ne peut être promu… C’est une ressource vitale. Qui doit être utilisée avec technique et précautions… Oh regarde… Une liaison dangereuse se crée.

Quelle est votre playlist en ce moment ?

Neutral Milk Hotel, B. Fleischmann, Aphex Twin, Bauhaus, Pixies, Windy & Carl, Dat Politics, Palace Brothers, Amp, Stars as Eyes, Jesus and Mary Chain, Will Oldham, Pinback, Lou Reed, Morrissey, Front 242, Depeche Mode, Björk, Stereolab, Radiohead, Black Sheep, Weezer

Un commentaire pour clore cette interview ?

A quoi ressemble un Euro ? Pourrais-tu nous en envoyer quelques uns ?

Comme le dit Garth : Hum, c’est comme une nouvelle paire de sous-vêtements, tu vois… au début c’est constrictif, mais après un moment ça devient une partie de toi.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://hiphopsection.fakeforreal.net/index.php/trackback/1374

Fil des commentaires de ce billet