SPECTRE - Parts Unknown

Skiz Fernando n'a pas attendu le 1er janvier 2003 pour prendre de bonnes résolutions. Après l'apocalyptique The End, sorte de B.O. grandiloquente d'un hypothétique jugement dernier truffé d'invités plus ou moins prestigieux (APC, Sensational, Oko Onuora ou les très hype Hawd Gankstuh Wid Gatz), notre Ill Saint préféré a décidé de changer de label, jeter son carnet d'adresse people et revenir à la bonne vieille quiétude de l'abstract minimal assisté de son comparse de toujours, Mr Egotrip en personne, Sensational le bien-nommé.

SPECTRE - Parts Unknown

Quatermass :: 2002 :: acheter ce disque

Pourtant pas de quoi s'affoler, les ambiances malsaines et les beats étouffés sont toujours au menu de ce quatrième opus. Les instrus ont été ramenées à des durées plus 'raisonnables' (comprenez "on se fait moins chier") et le producteur est toujours autant inspiré par les bas-fonds de Crooklyn.

On retrouve avec plaisir ses samples de cordes torturés probablement extraits de quelques vieux films d'épouvante, ses basses poisseuses échappées d'Arkham, ici ou là des réminiscences Krushienne période Strictly Turntablized -la meilleure-, point de Cameries nu-soup ou de hip-hop de restaurant comme c'est trop souvent le cas pour un album d'instrus. Les trois tracks rappés par Sensational, secondé par Guess sur "Skrippin"- sont excellents, de la tentative dub de "Jamdown", lancinant à souhait qui saura enfumer vos platines, à "Power Cipher Sniper", petite perle mélangeant avec une parfaite justesse plusieurs samples -trompettes, riff de guitare hésitant, voix soul- comme RZA sait si bien le faire.

Au final Parts Unknown s'avoue être une vraie réussite sans pourtant réellement réussir à surprendre l'auditeur habitué. Spectre nous ressert la même recette qui a fait sa renommé en évitant les écueils du précédent album: manque de cohérence, d'homogénéité et durée des morceaux trop lassante. Ici l'album s'écoute avec délectation d'une traite, entre un petit Little Johnny et la B.O. de Ghostdog.

"The heavyweight champion of the underworld" dixit l'intro... C'est quasiment ça.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://hiphopsection.fakeforreal.net/index.php/trackback/1121

Fil des commentaires de ce billet