jeudi 30 mai 2002

EL-P - Fantastic Damage

Fantastic Damage is the latest segment of the ongoing ordeal to create original and thought intensive hip-hop from the vital nerve of Company Flow: El-Producto. His commonly noted production on the major-label debut album for Co-Flow, Funcrusher + and later Little Johnny From The Hospital helped him, along with colleagues Big Juss and DJ Mr. Len, define a niche in the leftist extreme of Underground hip-hop. Later work with the revolution of sound The Cold Vein with Cannibal Ox made it globally acclaimed by critics, "greatest" in the underground denomination of hip-hop.

El-P - Fantastic Damage

Lire la suite...

dimanche 26 mai 2002

BLACKALICIOUS - Blazing Arrow

En ces temps de misère rapologique, on attendait impatiemment le successeur de Nia, nos espoirs se mêlant aux doutes et aux craintes : Blazing Arrow va-t-il nous sortir notre torpeur ? Va-t-il nous prouver que le hip-hop en 2002 peut encore être intéressant ?

BLACKALICIOUS - Blazing Arrow

Lire la suite...

mercredi 22 mai 2002

THE 5 HEADED RETARD - This Is Awful... I Love It!!!

Alors que des études sociologique tendent à prouver que l’influence de la communauté (la vie de groupe, l’éducation et tout le tintouin) fait progresser la civilité de l’individu, des éléments isolés et perturbateurs se sont appropriés des micros pour faire entendre la voix du désordre et marquer la régression des esprits.

THE 5 HEADED RETARD - This Is Awful... I Love It!!!

Low Pressure :: 2001 :: acheter ce disque

Ces personnages gênants répondent au doux nom de 5 Headed R-Tard, personnages au premier abord curieux, mais en fait répugnants et aux attitudes de pervers sexuels extrêmes. C’est tout naturellement qu’ils prennent place au sein de Low Pressure, label canadien où le décalage et le manque de sérieux sont les lignes directrices artistiques dominantes.

Secrètement adorés par des sectes aux pratiques scatologiques, considérés comme des demi-dieux auprès des pantins des Big Brother, Loft Story et consorts, les 5 Headed R-Tard personnalisent le mythe de la crétinerie universelle qu’attendait la communauté des backpackers ne dépassant pas les trois de Q.I. Abusant des poncifs et des clichés du rap, les membres de ce gang-bang ambulant, qui au passage poussent leurs timbres de voix à l’extrême, se trouvent des sujets de discussion qui ne plairont qu’aux boutonneux misogynes égocentriques avides d’expériences sexuelles trash. Chaque morceau tourne en dérision des icônes rapologiques voire culturelles américaines quand les sobrement nommés "Head" #1, #2, #3, #4 et #5 ne parlent pas de sexe ou ne font pas l’éloge de leurs situations absurdes.

La production est à l’image de ses hôtes, des musiques niaises et puériles… mais parfaitement maîtrisées par un certain Downslindrum (serait-ce DJ Moves ?). Ce bonhomme n’utilise pas énormément de matières premières pour monter ses morceaux, mais ses compositions simples surprennent par leur énergie communicative, seuls "Real Life" et sa boucle très "DJ Moves-ienne", et dans une moindre mesure "Gas Owls" et son beat infect, ennuient l’auditeur à la longue. Downslindrum apporte à boire et à manger, de quoi épater les pseudo-amateurs de rap pointu, accrocs aux prods simples et "subtiles".

Cet album de dépravés réjouira également les backpackers intellectuels, déjà passés au stade de l’analyse des textes qui, selon eux, seraient rentrés dans la postérité du hip-hop profond et intimiste. Quand aux autres, ne cherchez pas de cohérence dans chaque morceau de l’album sous peine de cramer la belle amitié qui s’est forgée entre vos deux neurones, profitez de stupéfiants qui font arborer de jolis sourires et de spiritueux pour mettre le cerveau sur "off", histoire de digérer le contenu de ce disque.

Conclusion pour ceux qui n’ont rien saisi : tu es un mâle, tu ne comprends rien aux actualités qui passent à la télé (et de toute façon, tu n’en as cure), mais bordel, qu’est-ce que c’est bien d’avoir le foot juste après. Tu aimes l’alcool puisqu’il te donne un sentiment de puissance face à ton adversaire, armé également de son verre, à l’autre bout de la table. Tu crois tout connaître du mystère des femmes. Tu comprends qu’il est difficile de résister à ton charme légendaire. Alors ce disque est pour toi.

Petite variante pour la gente féminine : tu es une femelle, tu penses que ton sac à main détient les plus grandes sciences de l’homme (entre autres le rouge à lèvres et divers camouflages à ta laideur). Tu aimes couvrir l’espace sonore, mais même si ton interlocuteur (ou "victime", au choix) ne saisit pas tout, ce n’est pas grave puisqu’aucun de tes sujets n’est important. Tu aimes te faire désirer par les hommes, ce qui est un signe de respect et de crainte de la part de tes copines. Tu comprends qu’il est difficile de résister à tes séductions sans faille. Alors ce disque est pour toi.

THE 5 HEADED RETARD - This Is Awful... I Love It!!!

Whereas the work of sociologists attempts to prove that the influence of community (group interactions, education and what have you) helps to increase the civility of the individual, isolated troublemakers have taken over the mic to give a voice to disorder and mark the regression of spirits. These disturbing folks answer to the sweet name of 5 Headed R-Tard, characters at first approach just a bit curious, but in actuality completely repugnant and sexually perverse. It’s only natural that they would land into the hands of Low Pressure, the Canadian label where discrepancy and lack of seriousness are the most predominant artistic guiding lines.

THE 5 HEADED RETARD - This Is Awful... I Love It!!!

Secretly adored in scatological sects, considered demigods by the little puppeteers from The Real World, Loft Story & Co., 5-Headed R-Tard personalizes that myth of the universal idiocy that awaited the backpackers community as they barely go beyond a 3 IQ. Abusing all the rap clichés and jargon, the members of this traveling gang-bang, who en route are sure to jack their voices up to the highest registers, find themselves subjects for a discussion that will only please those spotty egocentric misogynists eager for trashy sexual experiences. Each track makes a complete mockery of rap’s, even of American culture’s grand icons, when the somberly named Head #1, #2, #3, #4 and #5 aren’t talking sex or speaking highly of their absurd experiences, that is.

The production is the spitting image of its creators, childish and inane music… but perfectly mastered by a certain Downslindrum (could this be DJ Moves?). This fellow doesn’t seem to use a whole lot of raw material to put his tracks together, but his simple compositions do surprise by their communicative energy, it’s only ‘Real Life’ with its very “DJ Moves-ish” loops, and in a lesser measure ‘Gas Owls’ and its obnoxious beat, that bore the listener in the long run. Downslindrum brings plenty to the table to eat and drink as well as to amaze the pseudo-lovers of specialized rap, and infringe on those more simplistic or “subtle” producers.

This depraved person’s album shall delight the intellectual backpackers too, already passed right on to the analysis of the texts that, in their opinion, go down in the history of profound and intimate hip-hop. As for everyone else, please don’t look for coherence in each track unless you’re looking to destroy that beautiful friendship that is supposed to exist between your two neurons; stick with the drugs that put a nice smile on your face if you want to put the old brain on “off”; too much work to digest the content of this disc.

Conclusion for those who haven’t caught anything: you are a guy, you don’t understand shit about the news on television (and in any case you can’t do anything about it), but fuck, it’s so tight to have the game on right after. You like alcohol because it makes you feel big against your adversary, him too equipped with his bottle, at the other end of the table. You think you’ve got the whole “women” mystery figured out. You recognize how hard it is to resist your legendary charm. Guess what? This disc is for you, my friend. A little variation for the female species: you’re a female, you think that your handbag holds all the greatest sciences to man (to only name a few, the lipstick and the other cover-ups of your ugliness). You like to make yourself heard, but even if your listener (or “victim”) doesn’t at all get it, it’s not important since none of your topics are interesting. You love being wanted by men, since it gets both respect and fear from your girlfriends. You know how hard it is to resist your unfaltering seductiveness. Guess what? This disc is for you, girl.

Translated by motiv8

lundi 20 mai 2002

ONEDAE - Gemini's Curse

Le new-yorkais OneDae, déjà auteur d’un E.P. Systematic Sensitization en 98, fait partie de ces innombrables artistes qui veulent se faire entendre de leur public. Son créneau, toucher l’auditeur, le faire prendre conscience de ses possibilités.

Lire la suite...

vendredi 19 avril 2002

EDAN - Primitive Plus LP

Enfin ! Le premier "véritable" album d’Edan vient de sortir chez Lewis Recordings, maintenant vous pouvez mourir l’esprit serein… mais avant de trépasser revenons un peu en arrière ; bien que Primitive Plus soit son premier LP officiel, Edan n’est pas né de la dernière pluie.

EDAN - Primitive Plus

Lire la suite...

EDAN - Primitive Plus LP

At last ! The first "genuine" Edan album is out now, you can die with peace to your conscience… but, wait, before you kick the bucket, let’s go back in time; even if Primitive Plus is the first official LP, Edan is not what you would call a new-comer.

EDAN - Primitive Plus

Lire la suite...

jeudi 18 avril 2002

CONTROLLER 7 - Left Handed Straw

A moins d'avoir réussi à mettre la main sur les deux premières cassettes de Controller 7, on ne connaissait de ce jeune producteur qu'un remix pour les Deep Puddle Dynamics et quelques productions à droite à gauche (sur le Bottle of Humans de Sole, sur le Anticon Giga Single...). Il nous livre sur le label Anticon un album entier, atypique de la pochette kitch au tracklisting, et long (37 tracks pour 72 minutes).

CONTROLLER 7 - Left Handed Straw

Lire la suite...

mercredi 10 avril 2002

DEF TEX - Serene Bug

Les premiers symptômes d’une maladie se propage dans le paysage musical anglais à l’insu d’un public peu exigeant : le manque de créativité. Une maladie qui frappe de plus en plus d’artistes hip-hop. Le remède existe pourtant, il est secrètement gardé par des nomades de la musique se dirigeant au-delà des contrées désertiques du hip-hop anglais.

Lire la suite...

lundi 8 avril 2002

AIM - Hinterland

Pluvieux, froid, ensoleillé, doux, automnal, printanier... Hinterland, deuxième opus de Andy Turner, alias Aim, a l'avantage de s'adapter à la météo. L'écoute de ce disque nous transporte dans le paysage de la pochette, une petite ville côtière, sentant l'iode et subissant les caprices du temps à l'arrivée de l'hiver.

AIM - Hinterland

Lire la suite...

AIM - Hinterland

Rainy, cold, sunny, mild, autumnal, springish… Hinterland, Andy Turner (aka Aim)’s latest opus is always good, whatever the season. Listening to this record makes you travel through the landscape pictured on the album cover, a little coastal town, smelling spindrift and putting up with the weather’s fickle play when winter is here.

AIM - Hinterland

Lire la suite...

mardi 2 avril 2002

SPECTRE - The End

Avec The End, Spectre (Ill Saint / Fernando) achève la trilogie commencée par The Illness et Second Coming. Ce troisième volet se fait plus menaçant, à l’instar de l’excellent The Return of Kill Dog E de Scotty Hard, sorti la même année. Le thème est clair, on est en 1999, dans un an on meurt tous, ce disque est pour tout ceux qui ont mis des conserves au frais avant le 31 décembre 2000.

SPECTRE - The End

Lire la suite...

vendredi 1 mars 2002

BONE THUGS N HARMONY - Creepin on ah Come up

1993, Cleveland, Ohio. Loin des Grammy Awards, mais surtout loin de la Côte Ouest, Krayzie Bone, Layzie Bone, Bizzy Bone, Wish Bone, et Flesh-N-Bone, qui forment le groupe, s’en vont en bus à Los Angeles. Ils auditionneront par téléphone avec Eazy-E (membre du mythique groupe NWA), sans succès. De retour à Cleveland, ils réussiront à convaincre ce dernier de les produire, alors qu’il était de passage dans la ville pour un concert.

BONE THUGS N HARMONY - Creepin on ah Come up

Lire la suite...

jeudi 28 février 2002

NEW FLESH - Understanding

S'il y avait lieu de comparer Equilibrium et Understanding son successeur, disons simplement que le premier album du groupe était une ouverture sur tout un monde, une brèche ouverte pour tous les rappeurs et producteurs en herbe, alors que celui-ci est un enfermement poussiéreux dans le dance-hall, un album presque totalement uniforme qui insulte véritablement l'héritage de son prédécesseur.

NEW FLESH - Understanding

Lire la suite...

mercredi 27 février 2002

RESTIFORM BODIES - Sun Hop Flat

Parler des Restiform Bodies serait comme parler d'une énigme, on l'écoute, ensuite on élude nos questions qui resteront peut-être sans réponse et puis finalement on prend notre courage à deux mains et on cherche le fin mot de l'histoire. Qui sont-ils ?

RESTIFORM BODIES - Sun Hop Flat

Lire la suite...

dimanche 24 février 2002

BLOCKHEAD - Broke Beats

Album solo du beatmaker qui vous a offert le Float d'Aes' Rock. Un LP instrumental assez mince avec toujours un penchant vers la mélodie qui tue. Tout ici est si fluide que l'on a du mal à s'imaginer qu'il s'agisse de collages.

BLOCKHEAD - Broke Beats

Lire la suite...

BLOCKHEAD - Broke Beats

This is the solo album of the beatmaker who brought to you Float by Aesop Rock. This instrumental LP is a little short, and has heavy tendancies toward melodic music. Everything here is so fluid that it's hard to imagine that you're listening to sampled music.

BLOCKHEAD - Broke Beats

Lire la suite...

mardi 19 février 2002

CONTROLLER 7 - Left Handed Straw

Cet opus est sans doute le plus varié des DJ albums sortis sur Anticon. A la fois collection de beats et sélection, l'album nous balade entre différents sentiments : la tristesse intrinsèque de 'Love' qui a servi à élaborer le "Nevertheless" de Sole, l'inquiétude de "Morality" avec Dose, l'insouciance de "Test 3", le triomphalisme de "The World Outside my Door", etc...

CONTROLLER 7 - Left Handed Straw

Lire la suite...

CONTROLLER 7 - Left Handed Straw

This record is probably the most diverse amon the DJ albums published by Anticon. At the same time a collection of beats and a selection, this album walks us through different feelings: the sadness of "Love", who was used on Sole's "Nevertheless", the worrying of "Morality" with Dose, the mindlessness of "Test 3", the triumph of "The World outside my Door", etc.

CONTROLLER 7 - Left Handed Straw

Lire la suite...

lundi 18 février 2002

DJ SIGNIFY - Mixed Messages

L'album colle bien aux règles du turntablism : les extraits de discours, une grand variété dans la sélection, les collages incongrus, les breaks efficaces, les scratches dans tous les sens... L'originalité du disque, il faut par exemple la trouver dans une voix (Ginsberg?) qui fait allusion à la beat generation (un parallèle intéressant), une voix Bjorkienne en boucle ou l'intégration de "world music" comme disent les bâtards.

DJ SIGNIFY - Mixed Messages

Lire la suite...

- page 3 de 7 -